« Cette stabilité évaporée depuis l’enfance, j’ai dû me résoudre à n’être qu’une passagère, une voyageuse, détruisant ou construisant des châteaux de papier. Rencontrant tours à tours des alliés, des monstres blessés comme moi.
Il aura fallut la certitude du désespoir pour savoir que mes terres, celles que je cherche depuis mes 7 ans, elles sont en moi, ma maison n’est nulle part, je suis mon foyer de réconfort. Les arbres pousseront dans la quiétude des ténèbres et de la lumière que j’y fais naitre. Je suis l’être le plus triste et le plus joyeux, le plus seul. Toutefois, n’ayez pas de peine pour moi, la solitude est ma meilleure amie. Le terrain fertile où pousse l’Univers ».

Certains avaient cette puissance au premier abord et au final ils ne s’avéraient que des animaux fragiles et violents. Homme ou femmes.

0 réponse à “”


  • Aucun commentaire

Laisser un commentaire